Mastoplastie additive avec prothèse en polyuréthane

La mastoplastie additive est la chirurgie esthétique la plus demandée et la plus pratiquée en Suisse.
Selon le Dr Tenorio, les résultats d’une mastoplastie additive dépendent d’une multitude de facteurs, parmi lesquels : l’état préopératoire du patient, la planification préopératoire correcte du patient (cette phase comprend une série complexe d’étapes décisionnelles du chirurgien et du patient) et une exécution scrupuleuse du spécialiste.
Le taux de satisfaction, selon le Dr Tenorio, est très élevé à court et à long terme si l’opération de mastoplastie est effectuée correctement.
La plupart des procédures de révision prévues pour la mastoplastie additive, dite « coupe », sont généralement réalisées après une période comprise entre 5 et 10 ans et contrairement à ce que l’on pense parfois ne pas être lié à « l’expiration » des implants mais à un phénomène appelé contracture capsulaire qui affecte 15-20% des prothèses implantées.
« Cette complication, explique le Dr Tenorio, se manifeste par un durcissement progressif du sein avec douleur spontanée dans des situations plus avancées, nécessite le retrait par bloc des implants insérés et si possible de la capsule périprothétique et le remplacement par de nouveaux implants.
Les implants en polyuréthane ont un taux de contracture de capsule nettement inférieur (1,6 % à 15 ans dans des études récentes) et sont donc particulièrement adaptés dans tous les cas de chirurgie mammaire secondaire avec remplacement d’implant.
« De plus, j’utilise personnellement ces prothèses dans tous les cas où il est nécessaire d’insérer des implants anatomiques chez des patients minces et sportifs – dit le Dr Tenorio – parce que la non-rotation de celles-ci est une garantie de stabilité du résultat dans le temps.
En conclusion, les implants en polyuréthane offrent un résultat stable et durable, exempt des phénomènes de rotation de l’implant observés avec d’autres types de surface et avec un taux de contracture capsulaire notoirement inférieur.
Pour cette raison, selon le Dr Tenorio, ce type de prothèse devrait être envisagé dans tous les cas de mastoplastie secondaire ou primaire avec implants anatomiques.

http://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-des-seins/augmentation-mammaire/

Votre vote ?